Bruxelles donne son approbation conditionnelle à l’achat d’Alstom par General Electric

fred

La Commission européenne (CE) a donné son approbation à l’achat de l’entreprise d’énergie de la française Alstom par la General Electric (GE) 12.500 millions.

Mais Bruxelles a fixé les conditions pour l’opération à effectuer juste après avoir soigneusement enquêté sur l’opération afin d’évaluer son impact sur la concurrence dans le secteur.

Ainsi, le Comité demande que les principaux atouts de l’activité d’Alstom « de grande puissance de la turbine à gaz », utilisé principalement dans les stations électriques et de gaz, soient affectés à la société italienne Ansaldo.

Cette mesure vise à garantir que l’UE reste le cadre de la concurrence dans le domaine des équipements de production d’électricité. La Commissaire européen à la concurrence Margrethe Vestager, a souligné que «bien que Ansaldo ne soit le plus fort sur ​​le marché, cela lui donne une chance en concurrence. »

La Commission craignait que l’acquisition se passe sans conditions et puisse  provoquer une option sans concurrence du fait de la réduction des acteurs pour les clients et une augmentation des prix, en plus de nuire à l’innovation.

Vestager considère Ansaldo est un acteur sur le marché qui était déjà active dans la production d’électricité et que ces nouvelles entreprises placées sous leur contrôle, « être en mesure de remplacer le rôle d’Alstom dans le cadre de ces marchés importants. »

GE est la plus grande industrie du monde et Alstom est numéro trois dans les quatre acteurs avec une présence mondiale. Les deux autres entreprises à ce niveau sont Siemens et Hitachi Mitsubishi Power Systems.

En ce qui concerne d’autres activités qui font partie de l’acquisition, tels que les entreprises de production d’énergie thermique, les réseaux et renouvelable, la Commission « n’a pas identifié de problème de concurrence ». « Les activités des deux entreprises sont complémentaires et ne se chevauchent pas « , a déclaré la Commission.

Bruxelles devra avoir la preuve du transfert d’actifs à l’italienne Ansaldo avant General Electric pour finaliser l’acquisition.