La chimio- embolisation et le traitement chimique

fred

La chimio-embolisation est une intervention radiologique. Comme son nom l’indique, la « chimio » consiste à traiter par des médicaments chimiques, et « embolisation » indiquant le blocage de la circulation d’une artère donnée. La chimio-embolisation consiste donc à injecter des traitements dans un tissu donné et bloquer par la même occasion la circulation sanguine d’une artère nourricière.

La chimio-embolisation est souvent indiquée dans le traitement des cancers du foie, mais aussi celui du côlon, des yeux et les sarcomes et d’autres…
La chimio thérapie est donc injectée directement le tissu concerné.
Avant une chimio-embolisation, une injection de produits de contraste est faite. Cela permet au médecin de suivre le trajet du cathéter à l’imagerie.

Comment se déroule une chimio-embolisation ?

Avant une chimio-embolisation, une angiographie est demandée. Elle permet de visualiser les différents trajets des vaisseaux. Ensuite, l’anesthésiste va vous anesthésier localement au niveau de l’aine. Le médecin praticien effectue une petite incision par la suite.
L’intervention se fait au niveau de l’aine, où le cathéter est introduit à partir de l’artère fémorale. Arrivé au niveau de l’organe concerné, le produit embolisant est libéré. Ensuite, le traitement est injecté. La chimio-embolisation aboutit si succès,à la nécrose du tissu qui devient froid dans les examens (scintigraphie, imagerie avec produit de contraste…).
La chimio-embolisation se fait sous imagerie de guide.

Ensuite, après la chimio-embolisation terminée, le cathéter est retiré. Vous devriez rester allongé au lit durant au moins 4 h.
La chimio-embolisation nécessite une hospitalisation, mais elle ne dépasse pas les 72 h.

Quels sont les avantages de la chimio-embolisation ? *

La chimio-thérapie est capable d’arrêter ou du moins réduire le développement de la tumeur. Elle peut par conséquent ramener à l’organe, presque en totalité sa fonction initiale. Elle peut être permanente de suite, mais elle peut être également effectuée à plusieurs reprises. La chimio-embolisation peut être associée à d’autres traitements (chirurgicales, irradiation…).

y— a-t-il des risques lors d’une chimio-embolisation ?

Lors de l’embolisation, l’embole peut se fixer à la mauvaise place. D’autres fonctions sont donc en risque de s’altérer. Bien que la chimio-embolisation soit peu invasive, le risque d’infection est toujours présent. Il peut également avoir des risques de réactions allergiques sur le produit de contraste, mais c’est rare. Si la personne a déjà une défaillance rénale, les produits de contraste peuvent déclencher une insuffisance rénale aigüe.
La chimiothérapie lors de la chimio-embolisation comporte également des risques d’effets secondaires comme la nausée, la chute de la chevelure, une immunodépression, une thrombopénie centrale (diminution du taux de plaquettes dans le sang), ou une anémie (taux insuffisant de globules rouges).

Rares sont les complications telles une septicémie, une péritonite…

Quelles sont les limites de la chimio-embolisation ?

La chimio-embolisation ne peut être effectuée chez les personnes ayant une défaillance rénale ou hépatique. Elle est également contre-indiquée dans le cas d’un trouble de la coagulation. La chimio-embolisation traite une tumeur et non la pathologie source. Elle peut assurer la survie de l’organe traité, mais elle n’améliore pas le pronostic vital de l’individu. Ce n’est par conséquent pas, un traitement miracle, mais son efficacité dépend non seulement du degré du cancer, mais également d’autres facteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: