Des dispositifs pour éradiquer les violences sexuelles dans les universités

fred

Le ministère de l’éducation nationale, par le biais de la ministre Najat Vallaud Belkacem, a mis en place des mesures en vue de lutter contre les violences sexuelles chez les jeunes étudiantes.

Au cours d’un déplacement dans un collège parisien, la ministre Najat Vallaud Belkacem a annoncé l’application de mesures qui viseraient à accompagner les étudiantes victimes de violences conjugales. De fait, le gouvernement et le Centre national des œuvres universitaires et scolaires ou Cnous ont signé une convention mardi, selon laquelle le Crous (fédéré par le Cnous) devra prioriser les jeunes étudiantes victimes de violences pour l’octroi d’un hébergement, en accélérant les démarches y afférant. Ces étudiantes pourront en outre bénéficier d’un accompagnement renforcé. Pour les sortir de leur situation précaire, une aide financière leur sera octroyée. Elles seront également orientées vers les dispositifs adaptés.

Diffusion d’un guide pratique contre le harcèlement sexuel

L’ancienne ministre des Droits des femmes a affirmé que le ministère de l’Enseignement supérieur compte distribuer un « guide pratique » dans les universités en vue de combattre le harcèlement sexuel. La dénonciation de ce fléau avant la fin des études devient un impératif pour éviter qu’il ne prenne de l’ampleur. Aux Etats-Unis, Barack Obama a mis en place une campagne pour combattre les agressions sexuelles devenues très fréquentes dans les campus universitaires.

Dans son allocution, la ministre a également rappelé que le sujet concernant le harcèlement sexuel à l’université ne doit pas être éludé : « Nous avons fait en sorte de faciliter les procédures disciplinaires à l’université pour mieux poursuivre et sanctionner le harcèlement sexuel lorsqu’il est avéré, y compris en garantissant une meilleure impartialité en faisant en sorte (…) que les auteurs présumés ne puissent pas être à la fois juge et partie dans les commissions disciplinaires». D’où la décision de publication d’un décret qui ira dans ce sens dans les semaines à venir. Dans cette optique, le Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’Enseignement supérieur ou Clashes a contribué à cette lutte en éditant un guide au début de l’année.

En parallèle, le ministère estime mettre fin au financement des actions des associations qui relèvent du racisme, du sexisme ou de l’homophobie. Reste à savoir si ses décisions seront suivies à la lettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: