Une épidémie de méningite : la grande panique à Nice

fred

La semaine dernière, trois jeunes hommes âgés de moins de 30 ans ont succombé suite à une méningite à méningocoque. Face à cette situation plutôt critique, les Niçois commencent à s’affoler.

Après ces cas successifs de décès enregistrés dans la région de Nice, les habitants vivent dans la crainte totale qu’une épidémie puisse s’annoncer. Selon le rapport du quotidien Nice Matin, ces trois victimes de Nice âgés entre 20 et 30 ans ont présenté les symptômes d’une méningite à méningocoque B, la forme la plus grave de la méningite. Bien que l’Agence Régionale de Santé (ARS) ait affirmé que « la situation demeure préoccupante », elle a jugé que la contamination est minime, la maladié étant cyclique. Hugues Riff, directeur de la Santé Publique et environnementale à l’ARS a quant à lui avancé qu’il n’y a aucune raison de craindre une éventuelle épidémie, avance. Toujours selon l’ARS dans les lignes de Nice Matin, la bactérie de la méningite est un germe fragile qui survit très peu de temps en milieu extérieur. La raison est que cette pathologie est transmissible via la salive.

Des traitements de prévention pour l’entourage des victimes

A titre de prévention, l’entourage des victimes, principalement ceux qui ont été en contact direct avec ceux-ci, ont été pris en charge et suivent actuellement un traitement par antibiotique pour une durée de huit jours. Ce qu’il faut absolument savoir c’est que la méningite à méningocoques est une forme de méningite bactérienne qui cause une infection importante sur les fines membranes entourant le cerveau et la moelle épinière. On peut distinguer divers types incluant la souche B. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) tient à rappeler qu’en cas d’apparition des signes déclencheurs tels que raideur de la nuque, une fièvre élevée, la photophobie, un état confusionnel, des céphalées et des vomissements, il faudra d’urgence consulter un spécialiste.