Joaquin « Chapo » Guzman, un vétéran de l’escroquerie financière

fred

Joaquin « Chapo » Guzman, un grand baron mexicain de la drogue, a été arrêté après 13 années de cavale. Cet escroc a fondé des sociétés financières pour soutirer de l’argent aux épargnants. Ces sociétes lui ont servi de couverture pour blanchir l’argent provenant du trafic de drogue. Les enquêteurs ont eu vent de cette information et ont procédé ainsi à des investigations. Ils ont suivi la piste des plaintes déposées par 80000 victimes françaises. Ces enquêtes ont débouché à son arrestation ainsi qu’à celle de 13 autres suspects qui sont présumés ses partenaires d’affaires.

 

Joaquin « Chapo » Guzman, un plan bien élaboré pendant 13 ans

Le plan machiavélique conduit par le baron mexicain de la drogue a été mis au point pendant 13 années. En effet, « El Chapo » a conçu une stratégie imparable, celle de diversifier ses activités et ses sources de revenus, incluant la création d’une société financière garantissant de meilleurs rendements (jusqu’à 20%) aux épargnants. L’entreprise servait d’un côté à blanchir l’argent de la drogue et de l’autre à escroquer les clients étant donné le fonctionnement de la société sous le régime de Ponzi, avec des intérêts provenant des fonds rapportés par les nouveaux épargnants. Ce procédé a ainsi permis à l’organisation de blanchir 150 millions d’euros selon Rue 89. Parmi ses victimes, on retrouve des épargants provenant d’Amérique du Sud, d’Europe et d’Océanie. Les victimes françaises auraient perdu pas moins d’un million d’euros en confiant leur fortune à des malfrats opérant soi disant dans le marché des devises étrangères. Mais l’entreprise était en fait rattachée à la société offshore panaméenne Evolution Market group qui œuvre pour le compte de Joaquin « Chapo » Guzman.

 

Une française à l’origine des enquêtes ?

En 2010, la française Anne Gallecier s’est faite escroquée de 25 000 euros. Par la suite, elle a prévu de mettre en place l’Association Recours Escroquerie International (ARCES International) en y réunissant toutes les victimes pour trainer l’affaire devant la Justice de France. Selon Anne Gallecier, parmi les 82000 victimes qu’elle a pu recenser, beaucoup n’osent les rejoindre de peur de voir leur carrière en pâtir. La Brigade financière s’est penchée sur cette affaire depuis deux ans a fait remarquer Rue 89. L’histoire Joaquin « Chapo » Guzman n’est pas pour autant toute aussi résolue même si les Sociétés financières mêlées à cette affaire ont été saisis par la justice américaine en octobre 2013. Toujours selon le site Rue 89, beaucoup reste à faire. Les autorités américaines et les trafiquants auraient établiées une éventuelle négociation en échange de quoi, une impunité leur serait octroyée en référence à cette escroquerie financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: