La création d’entreprise en Espagne – Une aubaine pour les entrepreneurs

fred

Avec un marché européen très ouvert en terme de fiscalité, une recherche de taxation moindre du travail en terme de charges sociales ou le cout du régime obligatoire pour le chef d’entreprise, certains entrepreneurs souhaitent optimiser leurs activités au travers de filiales ou de créations d’entreprises afin de développer leurs business.
Certains aspects liés à la gestion de la langue et la connaissance du milieu du business hispanique n’en demeurent pas moins essentiels pour tous les aspects du développement de ces activités sur le territoire Espagnol, puisque l’optimisation des chances de réussite d’un tel projet sera lié à des marchés ou des compétences qui vous permettrons de lancer votre process de développement sur ce territoire. Avant que le chef d’entreprise se lance dans la création d’entreprise en Espagne, la stratégie fiscale et la connaissance du marché économique et de la gestion de la langue seront primordiale. On ne peut s’improviser sur ce sujet, du fait de la seule idée de se dire que cela peut fonctionner sans une notion de garantie et de cursus permettant de maitriser les rouages commerciaux.

La constitution d’une société est la solution avec une stratégie bien pensée

La création d’une entreprise en Espagne va se déployer sur plusieurs étapes importantes dont l’implantation de l’entreprise sur le sol Hispanique. Ces séjours prévus dans le cadre d’une implantation à l’étranger, doivent faire l’objet d’une demande de visa balisée dans l’Union européenne. Ce visa normé de type C, qui est un visa de court séjour, va permettre au créateur d’entreprise de résider jusqu’à 3 mois dans un pays étranger pour des motifs familiaux, touristiques et même professionnels.

L’obtention de ce visa est simple à réaliser, en se présentant auprès des autorités consulaires espagnoles, telles que le consulat ou l’ambassade espagnole installée en France. Le créateur d’entreprise aura à fournir des pièces justificatives obligatoires tels que les documents d’identité et les justificatifs sur les moyens d’existence. Il n’est toutefois pas obligatoire si vous disposez déjà d’une nationalité européenne.

En plus du visa de court séjour, vous devrez vous munir d’un numéro d’identification pour étranger dit NIE pour exercer cette activité professionnelle en Espagne. Ce numéro sera indispensable pour constituer la société et créer une ouverture de compte bancaire auprès des banques espagnoles, acquéreur des locaux ou des bureaux.

Les structures juridiques disponibles pour créer une société en Espagne ?

L’une des premières questions à se poser avant de créer une entreprise en Espagne réside dans le choix de la structure juridique. Le créateur d’entreprise va pouvoir opter entre divers types de structures de sociétés.

La SARL (sociedad limitada)

Particulièrement flexible, la structure de la SARL espagnole se rapproche de la SARL française, de part ses statuts et son fonctionnement et engagement. En optant pour ce statut, la responsabilité se limitera au capital de l’entreprise, qui pourra compter un nombre illimité d’actionnaires. Pour monter votre SARL en Espagne, un capital minimum de 3 000 euros est le seuil imposé et doit être libéré.

La société anonyme (sociedad anónima)

Le modèle de la société anonyme espagnole ressemble fortement à la structure française. La constitution d’une société anonyme en Espagne exige la mobilisation d’un capital important, à hauteur de 60 000 euros, permettant une meilleure qualité de ses avoirs et de sa pérennité, car l’apport de 60000 euros est une source de garantie pour les financiers.