La mobilité internationale se positionne sur de nouveaux pays atypiques

fred

La mondialisation du fait des échanges internationaux a révolutionné l’ensemble des chaines d’activités dans les entreprises sur l’hexagone et en suisse et a permis à des cadres ou des responsables de réfléchir à de nouvelles opportunités sur des évolutions de carrière en dehors de notre pays. Certaines destinations ont été privilégiées durant les années 2000, notamment l’Australie, la Chine, le Quatar, la canada, les Etats Unis ou la Russie. Les multinationales au sein de ces pays, ont misé sur des recherches de profils atypique et performants, avec des niveaux de rémunérations permettant de proposer des carrières éblouissantes et fulgurantes pour des talents en volonté de challenges internationaux. Mais depuis 10 ans, des pays dont le réveil économique s’est fait ressentir par des investisseurs mondiaux, prêt à miser sur des technologies nouvelles avec une présence de mégapoles totalement transformées, les expatriés ont senti ces opportunités vers ces nouveaux eldorados ou les compétences et le respect de l’humain est présent. La tunisie, le Nigéria, le Kenya, le Congo ou le Gabon, au travers de leurs dirigeants, ont développé des accords bilatéraux avec la Chine et la Russie notamment, permettant d’accélérer leurs métamorphoses structurelles et de conquêtes du monde.

La Chine a ratifié avec le Nigéria en septembre 2018 un accord-cadre avec la China Southern Petroleum Exploration and Development Corporation pour la construction d’un pipeline dont le montant avoisine 4 milliards de dollars. Six protocoles d’accord pour la construction de centrales à charbon et de centrales solaires pour un montant de 1,3 milliard de dollars ont également été signés durant cette rencontre. Le développement des relations s’est également renforcé puisque la Chine a conclut un échange de devises pour un montant de 2,4 milliards de dollars permettant une arrivée masse de flux financier pour le développement de structures techniques liées au pétrole notamment.

.

Les expatriés sont un rouage permettant de réussir ce développement économique

Les enjeux publics de développement sont  devenus un terrain de jeu intéressant pour des cadres souhaitant évoluer dans leur cursus professionnel et diversifier leurs activités. Les formations financières, techniques, le marché de l’or vert,  le marché des matières premières et en premier celles du marché du pétrole et du gaz permettent de répondre à des assistances importantes pour des entreprises de ces pays, dont la formation n’est pas en adéquation avec les besoins réels du marché du travail.  Des partenariats spécifiques tels que oil partnerships peuvent déterminer de nouvelles opportunités de marchés pour les profils ayant une compétence importante dans ces secteurs, avec un engagement et une volonté de transmission de savoir-faire pour que la population locale puisse également devenir acteur de ce réussite de ces pole de compétences.