Le choix du régime fiscal de la location saisonnière

fred

Le phénomène de la location immobilière saisonnière prend un essor important depuis des années en France avec l’arrivée de sites spécialisés comme Airbnb , Booking, Homelidays ou Abritel . La diversification immobilière demeure une des solution solide pour les investisseurs qui veulent continuer à faire croitre leur parc immobilier. Du fait de l’augmentation de la csg, de l’impôt sur la fortune qui vise encore un peu plus la manne financière de la « pierre », les propriétaires investisseurs se doivent de mener une stratégie immobilière plus poussée. Pour l’instant la niche du meublé n’est pas remis en cause par l’état. Les gains financiers sur la location saisonnière permet de nombreux avantages avec une réglementation plus souple en terme de code civil et de code du tourisme. Mais il a également son pendant car le législateur a mis en place des taxes de séjour qu’il faudra encaisser et régler auprès des communes entrant dans ce dispositif. La fiscalité est également un point d’achoppement qui peut devenir compliqué pour mes propriétaires ou investisseurs. Ce régime de location saisonnière entre dans les recettes de micro bic ou bic. Les revenus sont soumis au bénéfice industriel et commercial. Les revenus sont soumis au régime micro-BIC s’ils n’excèdent pas 70.000 euros par an, avec un abattement forfaitaire pour frais de 50% liés à cette activité. Mais rien ne change vraiment puisque les propriétaires ont toujours le choix entre le régime du micro-BIC et du régime réel.

Ce dernier régime est souvent plus avantageux car il permet de déduire de ces revenus fonciers, les travaux, les intérêts du prêt, les frais de gestion et d’amortir l’appartement et le mobilier. Il doit faire par contre l’objet d’un accompagnement par un expert comptable du fait de la complexité de ces obligations. De plus la taxe foncière, la contribution foncière des entreprises et, dans certains cas, de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises  et la contribution sur les revenus locatifs seront à régler sur ce type d’investissement, ce qui en réduit sa rentabilité.

Les éléments de réussite de votre projet de location saisonnière

Outre cet aspect fiscal, le choix d’une location saisonnière demande de l’investissement en terme de temps. Il est plus rentable à l’origine concernant le niveau de location qui est souvent à la semaine. La difficulté va résider dans la gestion de la vacance du bien. Le taux de rotation des locataires est plus élevé, les meubles s’abiment vite et demandent des réinvestissements fréquent. Il faut également réaliser souvent des travaux de réhabilitation  et de rafraichissement de la peinture, rendus obligatoire avec la rotation des clients. Ces éléments sont à prendre en compte. La qualité du mobilier, de la relation de réception des clients va demander des intentions de tous les instants comme peuvent témoigner des spécialistes de ce secteur qui expliquent sur  le blog pour investir dans la location saisonnière toute une stratégie à mettre en place pour réussir ce projet.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: