L’investissement immobilier dans le neuf est une affaire de professionnel

fred

Qu’il s’agisse d’investir ou d’acheter sa résidence principale, le propriétaire de cet investissement va devoir réaliser un choix stratégique avec des avantages dans un environnement de qualité de produits et de prestations environnementales possibles. L’ancien demeure intéressant sur certains quartiers, mais demandent une réadaptation à terme sur les normes et les réhabilitations. L’acquisition d’un bien en VEFA ou en livraison neuf, donne un ton intéressant, car les programmes sont réalisés avec des solutions d’aménagement de quartiers nouveaux avec des structures de commerce, des structures de transport, des aménagements de parc et jardin, des solutions de garde d’enfant, etc…. La conception de produits neufs par les promoteurs en relation avec les mairies donne des tyhpologies de biens qui sont souvent recherchés par une population avide d’un  confort hi-tech, des terrasses importantes, des biens d’exceptions et des normes avant tout de consommations électriques qui sont classées dans des DPE au niveau A ou B.

Une différence de prix de l’ordre de 20 % qui peut se réduite fiscalement

Si l’ancien dmeure moins cher à l’achat que le neuf, le cout de réhabilitation peut demeurer mieux complexe et demande que le bien en question soit non habitable durant de nombreux mois, du fait de la gestion du timing des artisans qui vont intervenir. L’autre point va venir d’une gestion de copropriété qui peut demander des comptes au niveau des travaux réalisés, ce qui peut bloquer le temps d’arrivée dans les lieux. Le neuf ouvre droit dans certains cas à des avantages financiers comme par exemple des réductions d’impôt dans le cadre d’un investissement en Pinel ou, selon les collectivités locales, une exonération totale ou partielle de la taxe foncière pendant un certain nombre d’années. Quant à l’ancien, il peut entraîner des travaux de remise aux normes ou plus simplement d’aménagement qui viennent majorer le prix d’achat initial.

Pour les droits de mutation, la balance penche en faveur du neuf. Alors qu’ils représentent de 6,5 à 8 % environ du prix de vente dans l’ancien, ces droits de mutation tombent autour de 2 à 3 % dans le neuf. De même, la TVA, qui n’est due que dans le cadre d’une acquisition dans le récent, peut bénéficier d’un taux réduit, voire d’un remboursement intégral. Dans la majorité des cas, elle s’élève à 20 % du prix du bien. Toutefois, les accédants à la propriété peuvent bénéficier d’une TVA réduite à 5,5 % dans certains cas, comme par exemple pour des biens situés en zones prioritaires de la politique de la ville, dites « zones Anru ». Cette conception de la fiscalité peut l’emporter si le projet est bien téoriser, meme si dans l’ancien le déficit foncier dans le cadre d’un investissement locatif peut également etre intéressant la premiere année, notamment avec le double effet de levier fiscal, si les travaux sont supérieur à 20000 euros à minima sans modification de la structure du bien acquis et mis en location. L’administration fiscale permet dans une rigueur de travaux spécifiques, de bénéficier de ses avantages fiscaux, mais tout ceci est complexe alors que la loi pinel est plus simple à mettre en place, notamment par des spécialistes du secteur, que sont les courtiers en immobilier neuf, qui ont étudié le marché de l’investissement pour rendre l’opération intéressante.

 

« S’appuyer sur les services d’un courtier permet à l’acquéreur de trouver la perle rare dans un laps de temps restreint aux meilleures conditions du marché. » propos receuillis auprès de M. Azoulay, gérant d’une agence de courtage en immobilier neuf.