Maladie coeliaque – Causes, symptômes et traitements

fred

La maladie cœliaque ou sprue cœliaque est une maladie chronique du système digestif. Chez les individus génétiquement prédisposés, elle se traduit par une intolérance au gluten. Le gluten est une protéine qui se trouve dans de nombreuses céréales telles que le blé, l’orge, le seigle et l’avoine. Cette intolérance est permanente et est maintenue pendant toute la vie. Le contact avec cette protéine provoque de graves lésions de la muqueuse de l’intestin grêle, qui se manifestent par une atrophie des villosités. Il en résulte une absorption insuffisante de nutriments tels que les protéines, les lipides, les glucides, les vitamines et les minéraux.

C’est la maladie chronique de l’intestin la plus fréquente. Elle peut se produire à la fois chez les enfants et les personnes âgées.

Comment se produit la maladie cœliaque ?

La maladie cœliaque est le résultat de la combinaison de facteurs génétiques et immunologiques. Il existe une prédisposition génétique chez certaines personnes dont l’exposition au gluten déclenche la maladie cœliaque. L’ingestion de gluten déclenche une réponse auto-immune à l’apparition d’anticorps spécifiques. La paroi des petites villosités de l’intestin grêle est recouverte par de petites extensions sous la forme de doigt qui augmentent la zone d’absorption. L’apport de gluten provoque une inflammation et des blessures à ces villosités, empêchant ainsi une bonne absorption des nutriments.

Symptômes de la maladie cœliaque

Il existe des formes asymptomatiques de la maladie qui peut être silencieuse pendant des années.

La période entre le moment du premier contact avec le gluten et l’apparition des symptômes varie considérablement d’un patient à un autre. Chez certains patients, les symptômes apparaissent dans la petite enfance, dès le neuvième mois après l’ingestion du gluten. D’autres formes apparaissent plus tard, chez les enfants âgés de deux ans ou à l’âge adulte. Les personnes sans symptômes sont à risque de présenter des complications de la maladie et doivent être traités équitablement.

Les symptômes courants de la maladie cœliaque incluent la diarrhée chronique, des douleurs abdominales et des ballonnements, la perte de poids, la constipation, l’arrêt de la courbe de poids et de croissance chez les enfants et les nourrissons, des vomissements, le manque d’appétit, l’anémie, l’irritabilité, le rachitisme, la croissance anormale de l’émail des dents, des fractures spontanées, des éruptions cutanées, l’arthrite, l’infertilité, l’ostéoporose, ou encore la perte de masse musculaire.

En raison du manque de nutriments causé par la malabsorption due à une atrophie des villosités, d’autres symptômes peuvent apparaître comme la chute des cheveux, les troubles menstruels, les crampes musculaires, l’anxiété et la dépression, entre autres.

D’autre part, un certain nombre de maladies sont associées, c’est-à-dire se produisent plus fréquemment que prévu chez les patients atteints de maladie cœliaque : la dermatite herpétiforme, la maladie du foie, le syndrome de Down, l’intolérance au lactose et les maladies auto-immunes Type I, le vitiligo, le psoriasis, les maladies de la thyroïde ou le diabète sucré.

Les complications les plus graves associées à la maladie non traitée comprennent l’apparition de cancers du tube digestif et de cancers hématologiques (lymphomes), ainsi que les maladies résultant de déficiences nutritionnelles telles que l’ostéoporose.

Diagnostic de la maladie cœliaque

Le test de diagnostic définitif de la maladie cœliaque est la biopsie intestinale. Il consiste à prendre un échantillon de tissu de l’intestin grêle, qui va être observé au microscope pour détecter l’absence de villosités. Ce test doit toujours être effectué sans ôter le gluten de l’alimentation.

Une analyse de sang permet de détecter la présence d’anémie et des modifications de certains paramètres métaboliques indicatifs du déficit nutritionnel. Un certain nombre de marqueurs sanguins (anticorps), lorsqu’ils sont élevés, sont indicatifs de la maladie : la gliadine et la transglutaminase. En cas de résultats positifs et de suspicion de la maladie, une biopsie intestinale doit être effectuée.

Il existe également des tests sanguins génétiques pour aider à déterminer les personnes à risque de développer la maladie.

Traitement de la maladie cœliaque

Il n’existe aucun traitement pharmacologique. Le seul traitement est l’évitement total de gluten dans l’alimentation. En général, chaque année de traitement diététique conduit à la guérison clinique et la normalisation des tissus intestinaux chez les adultes et les enfants de deux ans. Le régime alimentaire doit être maintenu pour la vie. Il faut éviter de prendre même de petites quantités de gluten car celles-ci peuvent être aussi nocifs et causer des perturbations majeures.

Le régime sans gluten doit être basé sur des aliments frais et naturels qui ne contiennent pas de lait : viande, poisson, œufs, fruits, légumes, légumineuses et céréales sans gluten (maïs, riz, mil et sorgho). Il existe aujourd’hui un large éventail de produits spécifiques sur le marché tels que les céréales, les pâtes, les pâtisseries, les biscuits… mais qui présentent l’inconvénient d’un coût élevé.

Le gluten est largement utilisé dans l’industrie alimentaire, car il aide à transporter les conservateurs, les parfums et les différents additifs alimentaires. Des aliments peuvent donc ne pas en contenir. Tous les patients diagnostiqués avec la maladie cœliaque devraient ainsi être informés par les associations de la « Liste des aliments sans gluten ». En règle générale, si un produit est soupçonné de contenir du gluten, il ne faut pas le consommer.

Dans les cas où des carences nutritionnelles sont détectées, des suppléments vitaminiques et de minéraux seront nécessaires pour les corriger. Les conseils d’experts de la nutrition sont ainsi recommandés puisque le régime alimentaire sans gluten doit être intégré dans un régime alimentaire sain et équilibré, adapté aux besoins propres de chaque patient.

Prévention de la maladie cœliaque

Puisque la cause exacte de la maladie cœliaque est inconnue, il n’y a pas de mesures préventives pour empêcher son apparition. Cependant, la connaissance des facteurs de risque (comme celui d’avoir un membre de la famille qui souffre de ce trouble) permet d’obtenir un diagnostic précoce et un traitement approprié très tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: