Le Parlement français appelle à la reconnaissance de l’Etat palestinien

fred

Les députés français ont voté mardi en faveur de la reconnaissance de la Palestine comme un état, une résolution symbolique qui n’affectera pas la position diplomatique de la France. Récemment, la Suède a reconnu la Palestine comme un Etat et les parlements de l’Etat espagnol, du Royaume-Uni et de l’Irlande n’avaient pas de votes contraignants en faveur de la reconnaissance.

La motion a été soutenue par 339 députés et rejetée de 151. La France est ainsi devenue le quatrième pays européen à adopter une résolution du même type. La mesure proposée par les socialistes au pouvoir et soutenue par les partis de gauche et certains conservateurs, demande au gouvernement d’« utiliser la reconnaissance d’un Etat palestinien en vue de résoudre définitivement le litige. »

« Nous ne voulons pas d’une reconnaissance symbolique qui conduit à un état virtuel », a déclaré le Secrétaire d’État aux Affaires européennes Harlem Désir en réponse au vote parlementaire. « Nous voulons un Etat palestinien qui est réel, si nous voulons donner une chance aux négociations », a-t-il ajouté.

Les Palestiniens disent que les négociations ont échoué et n’ont pas d’autre choix que de poursuivre unilatéralement l’indépendance. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé l’initiative des législateurs français comme « une grosse erreur », bien que le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a déclaré qu’« Israël croit que le vote (…) ne compromet la possibilité de parvenir à un accord entre Israël et les Palestiniens ». « Ces décisions ne peuvent que renforcer la position palestinienne et envoyer le mauvais message aux dirigeants et aux peuples de la région », a-t-il ajouté.

Le Ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui n’a pas assisté au vote du Parlement, a déclaré le 28 Novembre que le statu quo était inacceptable et que France reconnaîtrait une Palestine indépendante, sans un accord si les dernières tentatives diplomatiques n’ont pas fonctionné.

Le vote à Paris a augmenté la pression publique sur le gouvernement pour que celui-ci soit plus actif en la matière. Un récent sondage montre que près de 60 % des Français sont favorables à l’Etat palestinien. La France possède les plus grandes populations de juifs et de musulmans en Europe et les conflits du Moyen-Orient exacerbent les tensions entre les deux communautés.

L’hypocrisie palestinienne et européenne

Plus de 130 pays ont officiellement reconnu l’Etat palestinien, compte tenu de la demande que les Palestiniens reconnaissent leur Etat indépendant en Cisjordanie et à Gaza, avec sa capitale à Jérusalem-Est.

La plupart des pays d’Europe occidentale, cependant, ne l’ont pas fait, en soutenant effectivement l’occupation israélienne sur le territoire palestinien. Et la politique partagée avec les Etats-Unis pour un Etat palestinien indépendant devrait émerger des négociations avec Israël.

À la fin Octobre, la Suède est devenue le plus grand pays d’Europe occidentale à reconnaître la Palestine, tandis que les parlements des État espagnols, du Royaume-Uni et de l’Irlande ont fait des votes non contraignants en faveur de la reconnaissance.

Malgré cela, la position de l’Union européenne (UE) sur la Palestine est étiquetée d’hypocrisie par de multiples organisations solidaires avec la cause palestinienne.

En Juillet 2014, le Parlement européen a adopté une résolution sur le conflit palestinien, condamnant la « violence » de « toutes les parties ».

La résolution appelle le Hamas et d’autres groupes armés dans la bande de Gaza à la fin des tirs de roquettes contre Israël depuis la bande de Gaza, qui doit immédiatement cesser, et l’arrêt des attaques israéliennes sur Gaza et souligne la nécessité pour toutes les parties à respecter pleinement le droit international humanitaire.

Mais, il n’a pris aucune sanction pour l’Etat d’Israël, ni aucune condamnation pour une armée d’occupation dans les territoires palestiniens, ni pour les massacres perpétrés dans la bande de Gaza pendant l’opération « marge protecteur » qui a laissé 2100 Palestiniens tués par l’armée israélienne et blessé 11 000 autres.

L’Etat d’Israël maintient aussi d’innombrables diplomates, universitaires, culturels et en particulier des accords militaires avec de nombreux gouvernements et institutions européennes.

Seulement en 2012, la France a envoyé du matériel militaire à Israël d’une valeur de 10,9 millions d’euros, tel que rapporté par l’ENAAT.

L’État d’Israël a exporté 4,9 millions d’euros d’équipements de défense espagnols en 2013, y compris les composants de missiles, les véhicules à usage militaire et les systèmes de mortier électro, tel que rapporté en Juin par le ministère du Commerce.

En octobre 2014, l’Allemagne a signé un accord militaire et commercial avec Israël pour vendre des bateaux lance-missiles pour protéger les plates-formes de gaz en Méditerranée, tout en maintenant sa fourniture d’armes à Israël lors de sa dernière incursion militaire dans la bande de Gaza.

Pour ces raisons, de nombreuses organisations solidaires avec la cause palestinienne exigent la résiliation immédiate de ces accords commerciaux, en se basant sur une rhétorique de « droits de l’homme et des principes démocratiques ». Rien de plus que les actions de l’Etat sioniste d’Israël.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: