La physiopathologie des remontées acides

fred

Les remontées acides sont des maladies plurifactorielles. Ces symptômes sont en rapport avec l’agression acide que subit la muqueuse œsophagienne. Normalement, les aliments traversent l’œsophage pour aller vers l’estomac à travers d’une barrière antireflux qu’est le sphincter inférieur de l’œsophage. Ce sphincter se relâche au cours du passage du bol alimentaire laissant passer la nourriture puis se contracte et se ferme après. Lors des remontées acides, ce sphincter ne fonctionne pas correctement et permet le passage du contenu gastrique vers l’œsophage occasionnant les brulures, car contrairement à l’estomac, l’œsophage ne peut pas résister à ces acidités.

Les symptômes cliniques des remontées acides

Les manifestations des remontées acides sont variables, mais principalement, il y a une douleur rétrosternale à type de brûlure, ascendante, déclenché surtout après le repas et par la position allongée. Ces signes sont fréquemment associés à des symptômes dyspeptiques tels que la pesanteur épigastrique (sensations de lourdeur au niveau de l’estomac), des ballonnements, des nausées, des vomissements, des éructations, des gouts amers dans la bouche …

Ces symptômes de remontées acides sont bénins, mais il existe des signes qui font suspecter une évolution de la maladie vers les complications et nécessite par conséquent une consultation chez un médecin. Ce sont principalement la persistance des troubles malgré une bonne hygiène alimentaire ou même des traitements adéquats, l’apparition trop fréquente des signes ou l’apparition des signes atypiques douteux et enfin l’intensification de la douleur.

Quelques mesures pratiques pour prévenir les troubles causés par les remontées acides

Ces mesures sont surtout basées sur des mesures hygiéno-diététiques. Certains facteurs sont à éviter pour prévenir ces remontées acides.

Les remontées acides peuvent être aggravées par le stress et les tensions. Parfois même, ces deux facteurs sont en cause de l’apparition de la maladie et donc, ils sont à éviter impérativement. Les substances toxiques contenues dans le tabac peuvent aussi augmenter la sécrétion acide dans l’estomac et favorisent ainsi l’acidité du contenu gastrique. Arrêter de fumer contribue donc à améliorer les signes et aide à la cicatrisation des lésions. Les mucus qui protègent l’estomac de l’acidité sont aussi fortement influencés par l’alcool qui diminue sa production et entretient ainsi les lésions.

Certains aliments peuvent être à l’origine des symptomatologies de la remontée acide. Ce sont surtout le café, les épices… donc à éviter également. En effet les matières grasses contenues dans l’alimentation sont difficiles à digérer et fatiguent l’estomac, mais en plus, ils favorisent l’hypersécrétion acide et le relâchement du sphincter de l’œsophage. Concernant les boissons, certains favorisent les brûlures par leur concentration en substance acide. Parmi cela se trouvent certains jus en particulier les oranges, les pamplemousses, les citrons, les boissons gazeuses…..

À côté de cela, il existe des aliments qui peuvent aider au cours des remontées acides en particulier en période de grossesse. Ce sont principalement : les gingembres, les noisettes, les amandes. La phytothérapie permet aussi d’arriver à un bon résultat. Avant d’entamer un éventuel traitement des remontées acides par la phytothérapie, il faut d’abord demander l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien concernant les produits. Ce sont principalement la réglisse, la camomille vraie, l’acore vrai la pectine, la guimauve…

La surélévation de la tête du lit est aussi un moyen ayant prouvé son efficacité sur les remontées acides, bien que gênante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: