Quelle est la tendance tarifaire du gaz tarifaire pro pour 2019 ?

fred

Si l’on ne peut prédire les changements tarifaires du gaz naturel pro, on peut toutefois s’attendre à une hausse au regard des différentes baisses survenues en 2013 et 2016. Mais, qu’est-ce que le gaz naturel précisément ?

Comment est évalué son coût ?

Qu’est-ce que le tarif réglementé ? Enfin, faut-il vraiment changer de fournisseur ?

Focus sur l’énergie la plus utilisée dans le monde après le pétrole et le charbon.

Qu’est-ce que le gaz naturel pro et domestique ?

Combustible fossile contenant du méthane naturellement sur la Terre, le gaz naturel pro et domestique est la résultante de l’altération d’organismes vivants, comme les planctons et les algues. Il s’extrait de gisements ainsi formés. Plus de la moitié des réserves mondiales de gaz sont détenues par trois pays : la Russie, avec presque 45 000 milliards de mètres cubes, l’Iran avec près de 30 000 milliards et le Qatar avec un peu plus de 25 000 milliards. Quant aux pays producteurs de gaz, les États-Unis sont les leaders en la matière avec 611 milliards de mètres cubes, suivis par la Russie (588,9 milliards) et l’Union européenne (182,3 milliards).

Comment est calculé le prix du gaz naturel pro ?

En France, le prix du gaz naturel pro et domestique est calculé de façon particulière. En effet, son coût est le résultat de calculs très complexes qui intègrent des frais fixes et le prix du kWh de gaz.
Suivez l’actualité des professionnels avec Entreprise-et-compagnie.fr.

Les frais fixes

Les frais fixes correspondent à l’abonnement souscrit auprès d’un fournisseur d’énergie, au coût de l’acheminement du gaz naturel pro et domestique, aux taxes dues à l’État… Il est donc très important de comparer ce poste qui peut être très variable d’un fournisseur à l’autre.

Le prix au kWh de gaz

Le prix du kWh de gaz est calculé chaque mois selon son prix sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole (Brent).
Pour éviter de trop grandes fluctuations des prix du gaz naturel pro et domestique, l’État contrôle son prix à travers le ministère de l’Energie : c’est le tarif réglementé que seul Engie, opérateur historique, est autorisé à commercialiser.
En parallèle, depuis 2007 et l’ouverture à la concurrence du marché du gaz, le consommateur peut s’il le souhaite opter pour un fournisseur alternatif de gaz pro et domestique, à l’instar de Gazprom pour les professionnels qui ne seront pas impactés par la disparition du tarif réglementé, estimé contraire à la libre concurrence par le Conseil d’État, puisqu’ils n’y ont plus accès depuis 2014.

Doit-on craindre une hausse des tarifs du gaz naturel pro en 2019 ?

Si au cours du dernier trimestre 2018, une hausse du gaz naturel pro et domestique était prévue pour 2019, les derniers évènements ont contraint le gouvernement à adopter une fiscalité stable. En effet, le 4 décembre 2018, le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé dans une série d’annonces concernant le pouvoir d’achat des Français que « ni les tarifs de l’électricité, ni ceux du gaz n’augmenteront durant la concertation et donc durant l’hiver qui s’annonce ».

Qu’en sera-t-il après l’hiver ? Le relèvement de la fiscalité sera-t-il de nouveau au goût du jour ? Il est pour l’heure bien difficile de se prononcer. Cependant, en toute logique, les prix du gaz naturel pro devraient augmenter, notamment au regard du prix du baril de Brent qui tend à augmenter, comme ce fut le cas l’an passé qui a connu trois hausses tarifaires : +6,9 % en janvier 2018, +7,4 % en juillet, + 3 % en octobre, comme le précisait Le Figaro dans son avec édition numérique du 19 octobre.

Quels sont les points à contrôler sur un contrat de gaz naturel pro ?

Si vous pensez changer de fournisseur d’énergie en cas de hausse, faites attention aux arnaques. En effet, depuis quelques mois de nombreux professionnels ont été victimes de pratiques commerciales douteuses de la part de certains fournisseurs d’électricité ou de gaz naturel. Leurs commerciaux n’hésitent pas à présenter une offre de gaz naturel pro permettant de réaliser de sérieuses économies, sans préciser certaines conditions. Il est donc important de veiller à deux points essentiels avant de souscrire à un autre contrat de gaz naturel.

Les frais de résiliation

Il y en a dans la plupart des cas, sachez-le. En effet, si les particuliers peuvent changer quand bon leur semble, les contrats professionnels sont plus contraignants. Ils peuvent ainsi prévoir une certaine durée d’engagement en contrepartie de tarifs avantageux, des volumes minimums de consommation, mais surtout des frais de résiliation anticipée. Il faut donc bien relire son contrat en cours avant d’en souscrire un autre.

Le délai de rétractation

Là encore, les professionnels sont pénalisés par rapport aux particuliers : ils ne bénéficient d’aucun délai de rétraction, hormis les entreprises de moins de cinq employés si l’énergie n’est pas au cœur de leur activité principale.

Pour conclure, s’il est peu aisé d’évaluer la hausse et son moment, sachez qu’il est possible d’optimiser vos coûts de gaz naturel pro, à condition d’être très prudent quant à la contractualisation des offres qui semblent très alléchantes.