Comment se déclare la tuberculose ganglionnaire ?

fred

Les germes responsables de la tuberculose sont les Mycobacterium qui  se transmettent par voie aérienne ou après consommation de lait de vache cru ou mal cuit. Arrivés dans l’organisme, ils sont responsables de la primo-infection tuberculeuse après formation de chancre d’inoculation. Ensuite, ils diffusent par voie hématogène pour se localiser dans d’autres organes. Les ganglions lymphatiques peuvent être atteints à l’origine d’une tuberculose ganglionnaire. Les sujets à risque pour cette forme sont surtout les sujets infectés par le VIH. Les autres facteurs favorisants sont la pauvreté, la notion de contage et l’alcoolo-tabagisme.

Quels sont les signes d’une tuberculose ganglionnaire ?

La tuberculose ganglionnaire se manifeste par l’apparition d’une adénopathie c’est-à-dire une augmentation de volume des ganglions lymphatiques. Ces adénopathies sont indolores, de consistance ferme et n’adhérent pas au plan profond au stade de début. Ensuite, on peut constater un ramollissement et une fistulisation à la peau. Les signes associés sont les signes d’imprégnation bacillaire : asthénie, anorexie, amaigrissement, fièvre vespérale et sueurs nocturnes. Ces signes apparaissent en moyenne deux ans après la primo-infection tuberculeuse.

Le diagnostic de la tuberculose ganglionnaire

Après la constatation des signes cliniques, des examens sont nécessaires pour confirmer le diagnostic de tuberculose ganglionnaire. On procède à une ponction du ganglion tuméfié pour un examen direct du liquide de ponction au microscope. On identifie des bacilles acido-alcooloresistants après la coloration de Ziehl. La biopsie du ganglion est indispensable surtout quand l’examen direct n’est pas contributif. Elle permet un examen anatomo-pathologique de la pièce enlevée. Une culture de la bactérie  peut aussi se faire sur un milieu spécial pour identifier les germes et les antibiotiques efficaces.

Quels sont les maladies à éliminer en cas de tuberculose ganglionnaire ?

Plusieurs maladies sont responsables d’une adénopathie. Il peut s’agir d’une maladie infectieuse dans le territoire drainée par le ganglion  responsable d’une adénite: infection ORL dans la région cervicale, infection oculaire dans la région prétragienne, érysipèle pour la localisation crurale… La peste est aussi à évoquer surtout dans les zones d’endémie. Les hémopathies malignes sont également des causes d’une adénopathie : les leucémies aigües, les leucémies myéloïdes chroniques et les lymphomes. Ils peuvent également révéler une maladie systémique ou bien une métastase d’un cancer solide.   Les caractères de la tuméfaction et les examens complémentaires permettent de les écarter en cas de suspicion de tuberculose ganglionnaire.

Comment traiter la tuberculose ganglionnaire ?

Le traitement de la tuberculose ganglionnaire suit un protocole bien conduit et entre dans le cadre d’un  programme national de chaque pays. Il consiste en une polychimiothérapie de 6 mois en moyenne. Les molécules utilisées sont l’isoniazide, l’éthambutol, la pirazinamide et la rifampicine. Il s’agit une forme combinée à prendre régulièrement tous les jours, chaque matin à jeun. On y associe  du corticoïde par voie générale. Pendant les 4 derniers mois, seuls la rifampicine et l’isoniazide sont utilisés. Une éducation sanitaire est plus que nécessaire pour assurer l’observance thérapeutique. Des surveillances strictes s’imposent car les rechutes sont fréquentes. De nombreux cas de résistance aux traitements ont été rapportés surtout chez les sujets infectés par le VIH.  Le traitement préventif se base sur la vaccination au BCG des enfants. Il faut aussi améliorer les conditions de vie. Les sujets atteints du VIH doivent être surveillé de très près pour lutter contre cette infection opportuniste.

 

Autour du même sujet médical :

S’informer sur les symptômes de la tuberculose

Qu’est ce que la tuberculose miliaire ?

L’évolution de la tuberculose osseuse

Les germes d’incubation de la tuberculose

Le financement du traitement par une mutuelle de santé

 

 

2 Comments. Leave new

La bact rie va alors se retrouver dans les ganglions lymphatiques au sein desquels elle va provoquer une inflammation. Dans la majorit des cas, ce sont les ganglions cervicaux qui sont attaqu s.

Répondre

J’ai suivi un traitement de tuberculose ganglionnaire après extraction du ganglion en 2006 actuellement je sens des douleurs au niveau du cou là où j’étais opéré les muscles des épaules me font mal jusq’au niveau du bras.est ce que cela peut être une réapparition d’une tuberculose?

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: